Profitez de l'offre spéciale La FDV!
Découverte

Le 28/02/2017 par laFDV

Le rosé surprend au festival Pink - 5 choses que vous ne saviez pas sur le rosé

Le rosé surprend au festival Pink - 5 choses que vous ne saviez pas sur le rosé

Le Festival Pink a tenu sa première édition à Cannes du 13 au 15 février. L'occasion de découvrir des rosés du monde entier, de se tenir informé des dernières tendances et d'échanger avec d'autres professionnels sur les évolutions de ce style de vin unique... Mais aussi de découvrir des faits surprenants sur le rosé.

1. Le rosé peut vieillir - et bien !

La grande majorité des rosés est faite pour une consommation dans l'année, voire dans les 2 ans. Ce printemps et cet été, les rosés 2015 sont encore très jolis, mais ce sont surtout les 2016 qui seront à l'honneur. Et pourtant, on aurait tort de réduire le rosé à ce vin de soif, à la consommation facile et rapide, quand on connaît le soin que les producteurs mettent à produire ces cuvées, et quand on sait que certains s'attellent précisément à produire des rosés de garde, faits pour patienter avant d'être dégustés.

C'est le cas notamment chez les Vignerons de l'Estandon, avec la cuvée Légende (AOP Côtes de Provence), dont on déguste actuellement le 2014 et le 2012 : une sélection rigoureuse des jus, une vinification en barriques et un élevage long (8 mois) donnent naissance à ce rosé structuré et ample, aux notes de garrigue, d'herbes aromatiques, de boisé frais, de fruits rouges délicats. Un rosé fait pour la table. (prix départ cave : 17,90€)
Même constat au Domaine de la Bastide Neuve, avec un coup de coeur pour le rosé Divine 2014 : la robe est si pâle qu'on dirait un vin blanc... s'il n'était élaboré à partir d'un assemblage de Grenache noir, de Mourvèdre et de Tibouren, avec une macération pré-fermentaire et un élevage sur lies fines. Complexe, fin, aromatique, d'une grande élégance, doté d'une superbe structure et d'un équilibre parfait, c'est un rosé qui peut encore aisément vieillir 4 à 5 années. (prix départ cave : 15,50€)

2. Le rosé se boit en toutes saisons

De même qu'on pense que le rosé se boit dans l'année, on pense aussi qu'il ne se boit qu'aux beaux jours. Or, si ce festival a bien montré une chose, c'est que le rosé n'a pas de saison. Les rosés de garde se boivent toute l'année, en solo ou en accompagnement de mets raffinés. Les jeunes rosés apportent de la couleur et de la vivacité dans les verres, et sont une alternative de choix aux blancs de tous styles (légers à puissants) et aux rouges légers.

3. Le rosé est un vin de gastronomie

Point central des Pink Awards, décernés à l'occasion de ce festival : les accords entre vins rosés et haute gastronomie. Preuve que le rosé n'est pas qu'un vin d'apéro ou de barbecue, et qu'il se marie avec toutes sortes de cuisine. Nos accords préférés : la cuisine exotique, où la fraîcheur et la puissance dont ces vins peuvent faire preuve sont particulièrement bienvenus. Les poissons, des plus simples aux plus raffinés, quelque soit leur accompagnement et leur mode de cuisson. Les viandes blanches, les fromages, les plats végétariens...

On retiendra notamment quelques accords donnés par le sommelier Tristan Ringenbach, gérant de la cave Triovino à Lyon, à l'occasion d'un masterclass sur les rosés d'Espagne et du Portugal :
Un rosé fin, minéral et frais aux légères notes iodées, avec un carpaccio de bar aux olives. Un rosé puissant, aux notes de fruits rouges exubérantes, d'épices poivrées et doté d'une touche croquante, avec du pigeon farci ou une marmite de crevettes à la harissa et au safran. Un rosé pâle, vineux, élégant et légèrement amer, avec un tian de courgettes-tomates-chèvre-basilic ou un kouglopf salé au saumon. Un rosé intense et charnu aux notes de friandise et de fraise tagada, avec une terrine ou une soupe de poissons, des calamars à la plancha... Enfin, un Porto Rosé avec un croquant un chocolat amer relevé d'une ganache café et d'une meringue croustillante.
Si avec ça vous n'avez pas l'eau à la bouche !!

4. La couleur d'un rosé trahit souvent son style

Origine, cépages, mode d'élaboration... La couleur d'un rosé est loin d'être le fruit du hasard. Les cépages sont plus ou moins riches en pigments, et si la chair et le jus sont généralement blancs, les peaux macèrent dans le moût et le colorent plus ou moins, selon leur propre intensité, la durée et les conditions de la macération, et évidemment le souhait du producteur.
Ainsi, un rosé très pâle est souvent le signe d'un vin léger et délicat, avec peu ou pas de macération pré-fermentaire, ou bien une filtration destinée à ôter la couleur de la cuvée. Un rosé à la robe soutenue, comme un Tavel, est souvent plus puissant, voire tannique...

5. Vive le rosé bulgare !

On s'attendait à de belles découvertes parmi les rosés espagnols, italiens et portugais, en plus des classiques plus ou moins connus de nos régions. On s'attendait beaucoup moins à la Bulgarie, où le domaine Alexandra produit des jus sublimes. Les cépages sont souvent des cépages dits "internationaux" : cabernet sauvignon, malbec, merlot, syrah... Les cépages autochtones ne sont pas en reste, mais ils sont encore peu exportés, du fait d'un manque de lisibilité à l'étranger, et de consommateurs locaux friands de rosés.

D'un côté, la Cave Thrace a surpris, avec un rosé "La Poésie" 2015 très expressif, avec des notes fruitées intenses et un palais agréable. Mais c'est le domaine Alexandra qui a conquis les palais (dont ceux du jury des Pink Awards), avec la cuvée St-Rosé, un vin vineux, intense, concentré issu du malbec et du cabernet, et avec le Mourvedre & Grenache et sa robe pâle, son bouquet fin et délicat et son équilibre sublime au palais. Deux vrais coups de coeur.



Partager cet article :

Commentaires :

Découvrez notre guide de la Foire Au Vin 2017

Archives par rubriques

Choisissez la rubrique à l'aide du menu ci-dessous :

Archives par auteur

Choisissez l'auteur à l'aide du menu ci-dessous :

Soutenez la Feuille de Vigne

Vous aimez nos articles? Venez grossir nos rangs et discuter avec notre équipe sur Facebook.