Profitez de l'offre spéciale La FDV!
Publi-rédactionnel

Le 22/04/2017 par laFDV

Les Grands Crus - un investissement potentiellement lucratif via Patriwine

Les Grands Crus - un investissement potentiellement lucratif via Patriwine

Jusqu’au milieu des années 90, le marché de l’investissement dans le vin était la chasse gardée des négociants. Cela fait, en effet, 150 ans que les grands marchands bordelais et londoniens achètent du vin pour investir (parfois avant même que les bouteilles soient disponibles, dans le cas des primeurs). Le marché américain a commencé à s’y intéresser avec la médiatisation du critique Robert Parker. Tous les vins notés, par ce dernier, 90 et + sont devenus des pépites recherchées par tous les amateurs. Tout un marché s’est organisé autour de la vente et de l'achat de ces vins, avec des acquéreurs plus intéressés par la possibilité de revendre les bouteilles que par celle de les boire !

Le marché s’est si bien organisé qu’il existe même un indice de référence pour refléter l’évolution des prix : le Livex Investables. Le Livex Investable est un indice indépendant composé de 195 références de châteaux et de millésimes uniquement du bordelais. Fin 2016, il est en progression de + 24,13% depuis le début de l'année et de + 4,03% sur 5 ans. Il valait 100 points lors de sa création le 1/01/2004. Il en vaut aujourd’hui 322,79, ce qui représente une progression d’un peu plus de 9% par an : plutôt intéressant par rapport à un livret A… et moins risqué que des placements financiers, diront certains.


Cela étant, bien évidemment, pour investir dans le vin, il faut respecter certaines règles. Ainsi, deux conditions s’imposent :

  • N’investir que dans les plus Grands Crus, en tête desquels les 1ers Grands Crus Classés tels Château Lafite Rothschild, Château Mouton Rothschild, Château Latour, Château Margaux, Château Haut Brion....
    Ainsi que les "super" seconds Crus Classés tels que Château Cos d’Estournel, Château Pichon Lalande, Chateau Palmer, etc.
    Ces grands vins d’investissement sont connus dans le monde entier et ne souffrent d’aucune concurrence en termes de qualité et de notoriété.
  • Être patient, le temps que la rareté s'installe... Ces grands vins ont d'autant plus de valeur qu'ils sont rares et recherchés, donc il vaut mieux ne pas espérer un retour sur investissement trop rapide. En termes financiers, c'est un marché peu "liquide"... Un comble pour le vin !

Patriwine et la gestion de patrimoine via les grands vins de Bordeaux

Partant de ce constat, des négociants comme Patriwine propose une diversification patrimoniale unique, faisant du vin une classe d’actifs à part entière. Au même titre qu’un portefeuille de valeurs mobilières ou un bien immobilier.
Et ce quel que soit l’objectif : rentabilité, collection ou même plaisir.

Patriwine, sans qu’il soit nécessaire d’être connaisseur, permet ainsi à un investisseur particulier de se constituer une cave patrimoniale en apportant l’approvisionnement (par son accès aux Châteaux) et, condition indispensable, le stockage de ces précieux flacons.

L’investissement dans les Grands Crus présente un avantage indéniable : il s’exerce sur un marché très simple à comprendre.
En effet, si l’on s’en tient aux plus Grands Crus du Bordelais, on constate rapidement que deux grandes forces s’additionnent :

  • La rareté. Les Grands Crus ont, parmi les produits de luxe, cette caractéristique unique : les quantités produites sont limitées et connues à l’avance.
    Château Ausone, Premier Cru Classé de l’appellation Saint-Emilion, ne produit ainsi chaque année que 18 000 bouteilles, que tous les amateurs du monde recherchent.
    Conséquence : à chaque fois d’une bouteille est bue ou collectionnée, le "stock" diminue et la rareté s’installe.
  • Une demande en augmentation constante. Le temps où les amateurs de grands vins ne résidaient qu’en Europe et aux Etats-Unis est dépassé. Le marché est devenu mondial.

Il résulte de ces 2 phénomènes (rareté et augmentation du nombre de consommateurs) une demande structurellement excédentaire à l’offre. Ce qui, au fil du temps, doit conduire naturellement à une progression des prix. A moins que, tout d’un coup, l’ensemble de la planète n’arrête de boire !

Si le modèle économique est incontestable (rareté, marché mondial,...), il convient néanmoins de garder à l'esprit que le potentiel de plus-value n'est pas garanti. Selon les périodes (millésimes moyens par exemple), il est tout à fait possible d'enregistrer des moins-values. De même, s'agissant d'un marché de gré à gré, l'investissement dans le vin doit être conçu comme un investissement de moyen terme. Il ne s'agit pas d'un marché liquide, comme peut l'être un marché financier. Des raisons qui imposent d’être conseillé, car l'achat de vin en tant qu'investissement ou en tant que bien de consommation (à boire rapidement ou à faire vieillir) sont deux choses très différentes.

Enfin, dernier point pour la route : contrairement aux autres investissements et placements financiers, ici, dans le pire des cas, il y aura toujours de quoi se faire plaisir en partageant les bouteilles entre amis connaisseurs !

Source et crédit : Livex



Partager cet article :

Commentaires :

Découvrez notre guide de la Foire Au Vin 2017

Archives par rubriques

Choisissez la rubrique à l'aide du menu ci-dessous :

Archives par auteur

Choisissez l'auteur à l'aide du menu ci-dessous :

Soutenez la Feuille de Vigne

Vous aimez nos articles? Venez grossir nos rangs et discuter avec notre équipe sur Facebook.