Profitez de l'offre spéciale La FDV!
Edito

Le 15/05/2012 par Julie

Le vin nature, entre polémiques et définitions

Publication de quelques articles sur les vins "nature": les polémiques sont lancées, les débats vont bon train dans les commentaires, chacun ou presque y va de son avis. En un mot comme en mille: le sujet est "sensible". Autant que les vins nature, rétorqueront d'ailleurs certains (le vin "nature" ayant pour fâcheuse habitude de ne pas très bien résister au transport, vous apprécierez l'euphémisme).

Aussi, décision a été prise de revenir à la racine du thème et à la définition-même de ce qu'est un vin nature, ainsi que de ce qu'il n'est pas, histoire d'apporter un peu de lumière sur le sujet.

Vin nature: ce qu'il n'est pas

Le vin nature n'est pas un vin bio. Le "bio", c'est une certification qui touche la viticulture, c'est-à-dire la culture de la vigne. Pour être certifié bio, il faut traiter sa vigne avec des produits biologiques, dans le respect de certaines règles (le sujet sera sans nul doute retraité à l'occasion). Mais le bio s'arrête à la vendange, ce sont les raisins qui sont "bio". En cuve et en barrique, libre au vinificateur de faire comme bon lui semble!

Le vin nature n'est pas non plus un vin "biodynamique". La biodynamie concerne elle aussi la viticulture, et a été définie par Rudolf Steiner selon les principes suivants: prise en compte des rythmes lunaires et planétaires, peu d'intrants dans la vigne et des intrants aussi naturels que possibles (tisanes, décoctions, extraits végétaux, etc.). Pas de certification ici, pas non plus de règles pour la vinification. On peut être biodynamique sans être "nature", on peut être "nature" et se ficher complètement de la Lune montante ou descendante.

Partant de ce double constat, la question centrale se pose: mais qu'est-ce qu'un vin nature?

Vin nature: petit rappel de philosophie

Cours de philosophie de terminale: opposition entre nature et culture. L'inné et l'acquis. Nature, du latin "naturia", qui signifie "ce qui existe depuis la naissance". De la même famille que "natif".

Dans l'autre camp, la "culture", ce qui a été créé, façonné et modifié par l'homme. On y retrouve la racine de "cultiver", et voilà la problématique posée. Ne serait-ce que pour produire un raisin mûr, prêt à être pressé puis vinifié, il est impératif de cultiver la vigne. Laissez la seule, vous n'en tirerez rien de bon. L'homme* doit donc intervenir. Finie la nature.

Mais une fois que l'on a un bon moût, parfaitement prêt à donner un vin à plus ou moins longue échéance, peut-on s'abstenir d'intervenir, et laisser faire la nature? Certes, à l'origine, c'est ainsi que les premières fermentations ont été observées. Cependant, pour éviter la piquette, comment ne pas agir? Contrôler la température, remuer ou piger les lies pour faire un rouge ou un rosé… Disons-le tout de go: comme l'écrit Antoon the Wine Patriot dans un autre article, stricto sensu, le vin nature n'existe pas. Ou alors il n'est pas bon à boire.

En réalité, le vin nature, c'est plutôt une question de philosophie. D'esprit de vinification (et de viticulture). On agit "le moins possible". On n'ajoute rien au moût pour en faire du vin. Et surtout pas du soufre. On prend le pari que, puisque cela se faisait ainsi avant, c'est possible, puis c'est probablement plus sain que tous ces produits chimiques, alors enlevons tout ce que l'on peut enlever, revenons aux sources et arrêtons la course au progrès scientifique, technique et chimique. Bobo? Un peu, parfois, mais c'est un autre terme dont la définition est bien problématique.

Définition(s) du vin nature

Concrètement, qu'est-ce que tout cela veut dire? Qu'est-ce que le vin nature, enfin? Plusieurs sources ont été interrogées… avec des résultats légèrement divergents, que voici:

Les vins S.A.I.N.S. Vins SAns Intrants Ni Sulfites, dont la charte est disponible sur le site vins-sains.org. Des raisins mûrs, vendangés manuellement, exempts de produits chimiques, produits de synthèse et produits moléculaires. Des levures et bactéries indigènes pour les fermentations. Aucun usage de "produits de laboratoire ou technologies visant à accélérer la stabilité ou la modification des jus".

Les vins naturels, selon l'association du même nom (AVN), dont la charte est sur le site lesvinsnaturels.org. Viticulture biologique ou bio-dynamique, vendanges manuelles, levures indigènes, pas de recours à des techniques "brutales et traumatisantes". Aucun intrant sauf le soufre, mais limité à 30 mg par litre (rouges et effervescents) ou 40 mg/l (blancs).

Les vins "sans soufre ajouté" ou "sans ajout de sulfites". Une définition plus ou moins officielle manque, surtout que l'on ne sait pas bien si c'est une interdiction globale ou limitée à certaines étapes. Si on n'en ajoute pas pendant la vinification, peut-on en pulvériser dans les vignes ou en ajouter un petit peu à la mise en bouteille? Est-ce que ça compte toujours? (NB: le soufre est antioxydant et antiseptique, il sert principalement à protéger le vin et éviter sa détérioration.)

En conclusion, l'absence de définition au sens propre de vin naturel empêche une définition claire de s'imposer, ou même une terminologie claire (vin nature ou vin naturel?). Ces vins existent, c'est certain. Leur philosophie se dessine, mais le mouvement serait-il encore trop récent? Saluons quoi qu'il en soit l'initiative des vignerons et associations de vignerons, qui s'attachent à fédérer ces vins naturels, à rédiger et faire signer des chartes qui, espérons-le, leur amèneront clarté et reconnaissance.

Et en attendant, puisqu'il semblerait y avoir autant de définitions que d'amateurs de vin (nature ou non), je vous invite à commenter, arguer, partager votre définition. Le sujet est loin d'être clos, nous en reparlerons à n'en pas douter, les discussions sont ouvertes!

Bien amicalement,
Julie

* Puisque le sujet est déjà "par nature" (si j'ose dire) polémique, je précise que j'utilise le mot "homme" au sens large de "membre de l'humanité" ou "être humain", avec le plus grand respect pour mes consoeurs vigneronnes, oenologues, et autres travailleuses du monde du vin.


Quelques mots sur l'auteur : Julie

Ayant grandi entre l'Alsace et les vignes de Châteauneuf-du-Pape, il était plutôt naturel que Julie se prenne de passion pour le vin et pour les voyages? en terres viticoles de préférence! Si ses pas l'ont portée en école de commerce, elle a passé un temps certain en Nouvelle-Zélande, en tant que caviste, avant de retrouver l'Hexagone et de créer la Feuille de Vigne.

Adjoignant l'entrepreneuriat et sa passion pour le vin, la rédactrice-en-chef ne cache pas son intérêt pour les bouteilles les plus surprenantes, les vignobles les plus inattendus, ni les spiritueux, whisky en tête.


Partager cet article :

Articles liés :

Billet d'Humeur

Pourquoi faire un vin nature quand on s'appelle Gérard Bertrand?

En Images

Les vins nature du Clos des Cimes

Commentaires :

Découvrez notre guide de la Foire Au Vin 2013

Archives par rubriques

Choisissez la rubrique à l'aide du menu ci-dessous :

Toutes les rubriques

Archives par auteur

Choisissez l'auteur à l'aide du menu ci-dessous :

Soutenez la Feuille de Vigne

Vous aimez nos articles? Venez grossir nos rangs et discuter avec notre équipe sur Facebook.