Profitez de l'offre spéciale La FDV!
Côté Culture

Le 11/07/2017 par Maxime

La viticulture sous les régimes communistes

La viticulture sous les régimes communistes

On ne peut évoquer l'histoire du XX° siècle sans parler du communisme. Même si on associe plus la vodka que le vin aux pays d'ex-URSS et d'Europe de l'Est, la viticulture est loin d'y être absente, et les diverses mesures communistes ont profondément affecté leurs vignobles, de manière parfois assez originale.

12 kg de raisin par pied!

Tokaj en Hongrie a ainsi été une région particulièrement malmenée. Par exemple, la politique de planification a imposé des quotas de production si élevés que, pour atteindre les objectifs, les viticulteurs ont dû pousser les rendements jusqu'à 12 kg par pied de vigne !
Pour vous donner un ordre de grandeur, les meilleurs Tokaji sont aujourd'hui élaborés avec un rendement de 160g par pied et on dépasse rarement 600g. On imagine facilement que les vins hongrois ne devaient pas avoir très bonne réputation à cette époque…

La notion de propriété avait été supprimée et de grandes fermes agricoles exploitaient des terres délimitées sans considération pour les vignobles et les terroirs.

Tout est bien qui finit bien

Heureusement, la parenthèse historique que fut le communisme n'a pas laissé de traces puisqu' en 1989-1990, quand le vignoble fut à nouveau privatisé, les anciennes cartes ont été consultées et un long travail tant historique que juridique a permis un retour aux parcelles antérieures aux années 40, rendant à l'histoire ce qui lui appartenait.
Les anciens domaines ont donc retrouvé l'intégralité de leurs terres, certes malmenées par des rendements extrêmes, mais avec le potentiel de produire à nouveau des vins liquoreux d'exception, qui sont aujourd'hui mondialement connus et appréciés, comme ils le furent il y a bien longtemps, vins des rois, rois des vins...


Quelques mots sur l'auteur : Maxime

L'équipe de la FDV ne manque pas de profils atypiques, et Maxime ne fait pas exception à la règle. Il a appris le vin "sur le tas", se formant au gré de ses voyages auprès de sommeliers, d'oenologues, de vignerons, de cavistes et de négociants. Ses périples dans les vignes doivent bien le changer de ses années sur les bancs de la faculté de droit. Mais, qui sait, ces dernières peuvent toujours servir, surtout dans un secteur où la régulation est de mise!


Partager cet article :

Commentaires :

Découvrez notre guide de la Foire Au Vin 2017

Archives par rubriques

Choisissez la rubrique à l'aide du menu ci-dessous :

Archives par auteur

Choisissez l'auteur à l'aide du menu ci-dessous :

Soutenez la Feuille de Vigne

Vous aimez nos articles? Venez grossir nos rangs et discuter avec notre équipe sur Facebook.