Profitez de l'offre spéciale La FDV!
Découverte

Le 2/04/2013 par Julie

Le développement durable chez les vignerons

Le développement durable chez les vignerons

Du 1er au 7 avril 2013 a lieu la semaine du Développement Durable, une chose dont on entend rarement parler dans le monde du vin, généralement bien plus préoccupé par le bio, le biodynamique, les vins nature et autres que ce concept encore assez méconnu. Pourtant, le développement durable se répand chez les producteurs de vin français, à commencer par le collectif des "Vignerons en Développement Durable". Eclaircissements sur la question grâce à deux de ces producteurs engagés pour le "durable", Jaillance et le Vignerons de Caractère.

La charte "Vignerons en Développement Durable"

Ce sont aujourd'hui 10 vignerons et regroupements de vignerons qui ont signé cette charte, dans toutes les régions de France, et quelques uns sont en conversion. Concrètement, la charte de ces vignerons repose sur trois volets majeurs, développés en 37 engagements:

  • Le respect de l'environnement, avec une meilleure gestion des ressources et des déchets, de la pollution et des transports. Cela va bien au-delà du bio (notamment sur les aspects logistiques), pourtant sur le travail de la vigne, les intrants et l'élaboration du vin, on reste loin des impératifs de la viticulture biologique (aucune obligation d'avoir des intrants bio, par exemple).
  • La responsabilité sociale: équité, sécurité, formation du personnel, conditions de travail... Si en France cela va souvent de soi, il n'en reste pas moins important de s'engager auprès de ses salariés à leur fournir un cadre de travail respectueux et responsable.
  • La performance économique, enfin, car il est important de veiller à la santé globale de l'entreprise, sans que des mesures drastiques ne viennent mettre en péril un budget. Les engagements économiques concernent aussi la gestion des stocks, la diversification de la clientèle (ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier), l'intéressement des salariés, etc.

Pour comparer ces engagements honorables à la réalité, nous avons rencontré des responsables de deux caves signataires de la charte, afin de savoir, concrètement, quels engagements ont-ils pris, quels résultats ont-ils observés, et quelle vision ont-ils pour l'avenir du développement durable.

Le développement durable chez les Vignerons de Caractère (Vacqueyras)

La Cave coopérative des vignerons de Vacqueyras était engagée dans des démarches qualité depuis 2000, notamment par le biais d'agréments et de normes, mais ce regroupement, né en 2007, a donné une nouvelle impulsion au développement durable, notamment par l'implication d'un plus grand nombre d'acteurs. Ce ne sont pas seulement les responsables de la cave qui se sont engagés, ils ont entraîné avec eux leurs vignerons (80% d'agriculture raisonnée chez leurs adhérents), les partenaires, les consommateurs, les fournisseurs (réduction des emballages, éviter les déchets au maximum)...

Si, concrètement, il s'agit de mettre en oeuvre les engagements de la charte point par point, il faut également inscrire le tout dans une vision économique globale, peser le pour et le contre de chaque décision selon son impact écologique, social et économique. Un bilan carbone a été réalisé pour servir d'outil de pilotage, pourtant réduire les émissions de carbone "à tout prix" n'aurait pas non plus de sens sur le plan économique!.

Le développement durable chez Jaillance (Die)

Chez Jaillance, spécialiste de la Clairette de Die, les engagements sont essentiellement écologiques, avec des projets de très grande envergure, comme la pose de 4000 mètres carrés de panneaux photovoltaïques à la cave, sans compter quelques 8000 autres chez les adhérents. C'est ainsi la moitié des besoins énergétiques de la cave qui sont couverts. Dans les vignes, pesticides et traitements ont été réduits pour préserver l'écosystème.

Mais pour les responsables de la cave, c'est avant tout "une question de bon sens". N'importe quel producteur (ou acteur) a les moyens de s'engager dans une démarche en développement durable, il s'agit simplement de réfléchir aux choix qui sont faits, en fonction de ses convictions et volontés. En 2007, à la création de charte, Jaillance était ainsi déjà en conformité avec 70% des engagements qu'elle contient. Aujourd'hui, les 90% sont largement dépassés.

Durable, oui, mais pas plus cher pour le consommateur!

Cependant, au-delà de ces démarches et enjeux particuliers, de ces engagements définis par la charte, une ambition commune demeure cependant: faire "tâche d'huile", encourager d'autres producteurs et acteurs de la chaîne de production à leur suite; mais aussi engager les consommateurs à connaître et reconnaître le sigle et la marque "développement durable", les encourager à acheter et consommer de manière plus responsable... mais sans pour autant dépenser plus, les vins labellisés "développement durable" n'étant pas plus cher que les autres!


Quelques mots sur l'auteur : Julie

La créatrice et rédactrice-en-chef de la Feuille de Vigne partage son temps entre un bureau (avec vue sur les vignes) et les vignes de France et d'ailleurs, et ne cache pas son intérêt pour les bouteilles les plus surprenantes, les vignobles les plus inattendus, et les vins étranges et étrangers.


Partager cet article :

Commentaires :

Découvrez notre guide de la Foire Au Vin 2017

Archives par rubriques

Choisissez la rubrique à l'aide du menu ci-dessous :

Archives par auteur

Choisissez l'auteur à l'aide du menu ci-dessous :

Soutenez la Feuille de Vigne

Vous aimez nos articles? Venez grossir nos rangs et discuter avec notre équipe sur Facebook.