Profitez de l'offre spéciale La FDV!
Billet d'Humeur

Le 21/05/2012 par Antoon the Wine Patriot

Rosé, le changement d'égard

Rosé, le changement d'égard

Le rosé, ce n’est pas un secret, fut le mal aimé à une époque.
En effet, il a été considéré comme un sous produit par les techniciens, car il ne pouvait pas se conserver (hors certains Bandol et Tavel). Et hors ses régions historiques de production, le rosé était vu comme le moyen de rentabiliser la saignée issue de la concentration de la cuve de vin rouge. Enfin, le consommateur le boudait car il le faisait passer pour un non initié.

Aujourd’hui il suscite l’envie par les premiers pour ses aspects financiers (stockage moindre que le rouge, pas d’élevage pour la grande généralité), et de plus en plus un jeu de compétitivité qualitative s’installe. Pour les seconds, le rosé fait "chic" et "IN".

Le changement s'est opéré par une vague venue du sud. En effet, la Provence pousse fort! A St-Trop, on n’a pas peur de faire des cocktails à base de rosé qui désaltèrent lors de soirées "hot". En parallèle, les non-consommateurs de vins n’ont plus peur et trouvent la porte du rosé comme la plus accessible.

Alors, ceux qui apprécient les grands blancs et les grands rouges trouvent une évasion dans le rosé. Ce vin à l’image décontractée pourrait devenir le vin pour les moments décontractants.

L'image, justement: le nuancier du rosé est riche, du taché au clairet…

Le rosé sous toutes ses facettes

Le rosé peut être fait à partir de saignée ou de pressurage (n’empêchant pas la macération). Les raisins sont évidement rouges (la matière colorante étant dans la pellicule) mais l’on peut aussi y ajouter des raisins blancs voire ensuite faire un assemblage vin rosé et vin blanc pour des raisons d’intensité colorante, de teinte mais aussi de goût.

Le rosé, ne se contente pas d’être beau. Il se boit et même de plus en plus.
Et on passe d'effet de niche à effet de mode. Et aujourd’hui la mode se transforme en véritable institution.
Le rosé est respecté.
Les producteurs de rosé sont de plus en plus pointus, précis.
Le rosé a évidement des terroirs, comme les autres vins, et des expressions différentes.

A mon avis, la vague rose n’a pas fini de couler. On retrouve également du rose dans les effervescents, où il faut avouer que cela apporte un aspect attirant et offre une palette aromatique différente du blanc.

La force du rosé n’est pas seulement d’être accessible, d’être joli, d’apporter une touche fun, mais c'est un des rares vins à offrir la possibilité d’accompagner à la fois fruits de mer et viandes rouges.

Dans les régions célèbres du rosé, nous pouvons citer la Provence, Bandol, Tavel, le Cabernet d’Anjou, comme les berceaux historiques françaises, même si aujourd’hui toutes les régions en produisent. Mais le rosé n’est pas qu’une histoire française: la région de Cigales (en Castilla y Leon, Espagne) ou encore en Beni-m'tir (nord-est du Maroc) et Doukkala (entre Casablanca et Marrakech) sont aussi des bassins de production ancestraux.

Le rosé vit une aire d’expansion après avoir été longtemps méprisé. Les viticulteurs, s’apercevant des difficultés à faire un "bon" rosé, le considèrent de plus en plus et sont fiers d'en produire, à tel point que même des grands producteurs de rouge en font, parfois simplement pour prouver leur capacité, et se livrent une bataille qualitative "juste pour rire" ou presque (vus les intérêts ci-dessus). Ceux qui y ont toujours cru et qui font depuis longtemps des rosés d’exception (et qui ont donc une longueur d’avance) se voient concurrencés, mais voient aussi de nouveaux marchés qui s’ouvrent (dont l’export).

De l'autre côté, le consommateur ne le range plus uniquement dans la catégorie "pour accompagner les merguez d’été", mais l’utilise pour les apéros, les repas, etc. jusqu’à "l’after"…

Bref, le rosé est devenu un compagnon désaltérant* de tous les instants!

Antoon, the Wine Patriot

*avec une consommation responsable


Quelques mots sur l'auteur : Antoon the Wine Patriot

Antoon Laurent s'auto-définit comme The Wine Patriot avant tout. Sa patrie? Le monde du vin, sous toutes ses coutures. Ingénieur vitivinicole de formation, vivant et travaillant depuis plusieurs années à Cognac, c'est un dégustateur hors pair qu'il est plus fréquent de croiser dans les vignes et les caves que derrière un bureau.

Antoon The Wine Patriot sur Facebook: Facebook.com/antoon.laurent


Partager cet article :

Commentaires :

Découvrez notre guide de la Foire Au Vin 2016

Archives par rubriques

Choisissez la rubrique à l'aide du menu ci-dessous :

Archives par auteur

Choisissez l'auteur à l'aide du menu ci-dessous :

Soutenez la Feuille de Vigne

Vous aimez nos articles? Venez grossir nos rangs et discuter avec notre équipe sur Facebook.