Profitez de l'offre spéciale La FDV!
Côté Culture

Le 11/04/2017 par laFDV

Talleyrand et le vin

Talleyrand et le vin

Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord est généralement connu et cité dans les livres d'Histoire pour ses fonctions d'ambassadeur de France au Royaume-Uni, de ministre des Affaires Etrangères, des Relations Extérieures, voire de Président du gouvernement provisoire (10 jours en 1814) ou de Président de l'Assemblée Nationale (toujours 10 jours, mais en 1790), et plus généralement son rôle politique et diplomatique dans la première moitié du 19ème siècle. Mais Talleyrand, c'était aussi un bon vivant, et un fin amateur de vins. La preuve en quelques histoires et anecdotes choisies.

Talleyrand à Haut-Brion

Entre 1801 et 1804, c'est vers les terres bordelaises que le ministre des Relations Extérieures sous Napoléon Bonaparte se tourne, plus précisément à Pessac, où il fait l'acquisition du Château Haut-Brion (qui deviendra quelques décennies plus tard Premier Grand Cru Classé, en 1855).

Il en apprécie les vins, qui viennent accompagner les mets les plus fins élaborés par son cuisinier, Antonin Carême, pâtissier de génie surnommé "le roi des chefs et le chef des rois". Les plus grands millésimes de Haut-Brion sont régulièrement servis à des dirigeants du monde entier, suivant le principe que la plupart de la diplomatie se joue et se discute, même entre les plus grands, à table.

L'anecdote veut qu'il se soit séparé d'Haut-Brion afin de plaire au futur empereur Napoléon 1er, dont la préférence pour les vins de Bourgogne ne s'accordait pas tellement avec cette propriété...

Talleyrand à Valençay

Mais c'est à Valençay que Talleyrand aura une influence majeure dans l'histoire du vin. Il achète le Château de Valençay en 1802 et y séjourne très régulièrement jusqu'à s'y retirer en 1816 après une longue absence. Il sera maire de Valençay entre 1826 et 1831, puis conseiller général de l'Indre jusqu'en 1836, avant de passer la dernière année de sa vie à Paris.

S'il existe trace de vignes à Valençay depuis le Moyen-Âge, c'est en effet à Talleyrand que l'on doit leur renommée, lui-même prenant l'initiative pendant son séjour au Château de planter quelques hectares, pour sa consommation personnelle et ses célèbres dîners.

Les vins préférés de Talleyrand

Parmi ceux qui existent toujours aujourd'hui (nul doute que Talleyrand était homme de goût, quand l'on sait que ces domaines ont réussi à traverser les siècles, en grande partie grâce à la qualité de leurs terroirs et de leurs vins), et dont on sait que Talleyrand les appréciés, on compte les Champagnes Ruinart, mais aussi de nombreux vins étrangers, d'Espagne et du Portugal principalement: vins de Xérès et de Madère par exemple.

Nous finirons en beauté et en poésie avec cette citation illustrant plutôt bien le caractère bon vivant de Talleyrand, datée d'un repas où il servit un Châteauneuf-du-Pape 1804, qu'un des hôtes vida d'un seul trait. Talleyrand eut alors ce mot pour sa voisine:
"Quand un vin a une belle robe, chère Duchesse, il le faut contempler longtemps du regard. Puis vous l'approchez, vous le humez et d'un grand soupir, vous imaginez tout ce qu'il évoque en vous ...chaleur, tendresse, apaisement... Alors... vous reposez le verre... pour en parler. Un peu plus tard, vous oserez le porter à vos lèvres, comme la main d'une jolie femme... et ce geste-là vous permettra d'aller plus avant... Ne pensez-vous pas qu'on ne jouit vraiment que de ce dont on sait se frustrer?..."



Partager cet article :

Commentaires :

Découvrez notre guide de la Foire Au Vin 2016

Archives par rubriques

Choisissez la rubrique à l'aide du menu ci-dessous :

Archives par auteur

Choisissez l'auteur à l'aide du menu ci-dessous :

Soutenez la Feuille de Vigne

Vous aimez nos articles? Venez grossir nos rangs et discuter avec notre équipe sur Facebook.